jeudi 16 mars 2017

Pompidou (3)

Exposition Kollektsia! au Centre Pompidou, un présentation d'art contemporain russe. Comme vous le savez, l'art contemporain ça peut être un peu tout et n'importe quoi, surtout dans une exposition sans fil conducteur autre qu'une période (ici 1950-2000). J'ai donc vu un peu de tout et de n'importe quoi, sans trouver grand chose qui émeuve mon affect. Quelques noms de peintre que j'ai glanés tout de même, ceux de Vladimir Yankilevsky, Alexander Yulikov, Sergei Serp, Sergei Volkov et Evgeny Mikhnov-Voitenko.






mardi 14 mars 2017

Bibliothèque

Quand on rentre chez moi, on ne peut pas ignorer que je suis quelqu'un qui lit des livres. Il y en a un peu partout à traîner. Mais grosso modo j'ai cependant réussi à réduire l'espace qu'ils occupent. J'ai appris à me séparer de ceux que je n'ai pas aimés et que je ne relirai jamais dans l'optique de limiter ma bibliothèque à ce rectangle vertical qui va du sol au plafond et sert aussi de séparation murale. Et pour que les livres ne soient pas trop présents, ils sont en grande partie cachés par les tableaux qui aveuglent des rangées entières et permettent un plus grand désordre. Et vous, elle ressemble à quoi votre bibliothèque?

Un jour quelqu'un m'a demandé si je les avais tous lus. Ça m'a profondément choqué. Il y a des gens qui achètent des livres pour faire beau? Chez moi ce n'est pas de la décoration, c'est plutôt un envahissement que j'ai du mal à canaliser et dont la régulation demande une vigilance de tous les instants. D'ailleurs il y a dans mon entrée des livres que j'ai décidé de ne pas garder mais qui ont beaucoup de mal à trouver le chemin de la sortie.


dimanche 12 mars 2017

Les oubliés

De trop jeunes soldats militaires allemands dans une guerre qu'ils ont perdue. Prisonniers en territoire ennemi, au Danemark, ils vont devoir déminer les plages allemandes au péril de leur vie, leur vie ayant peu de valeur aux yeux du vainqueur de la guerre. C'est à la fois une dénonciation de la petitesse et de la bassesse de l'espèce humaine et le souvenir que parfois au milieu du désordre on peut aussi trouver des hommes bons et humains. Un beau film, à voir.